ESG Reporting RSE Stratégie RSE

La communication extra-financière devient stratégique

Le mois de novembre aura été riche en publications relatives à la performance extra-financière. La Plateforme RSE a publié un rapport intitulé « RSE et performance globale : mesures et évaluations, état des lieux des pratiques ». L’ Autorité des Marchés Financiers (AMF) a, quant à elle, dévoilé son quatrième rapport sur la RSE. Chacune a formulé plusieurs recommandations en matière de reporting extra-financier. La communication extra-financière : notre analyse.

 

Communication-extra-financière-devient-stratégique

 

La finance concernée

Des preuves ? L’AMF a consacré son événement annuel « Entretiens 2019 » sur cette thématique. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. L’ISR, en croissance constante, représentait en France, en 2018, 1 400 milliards d’euros, soit une progression de 40 %. Il représente plus de 14 000 milliards de dollars en Europe et 12 000 aux États-Unis. La communication extra-financière devient primordiale pour les entreprises : c’est sur elle qu’un nombre croissant d’investisseurs vont fonder leur choix d’investissement ou satisfaire à leurs propres obligations de transparence sur leurs engagements. Dans ce contexte, la déclaration de performance extra-financière est bien plus qu’un exercice de conformité, elle devient stratégique !

Pour les entreprises cotées, cette dimension stratégique est une évidence, à l’heure où les analyses extra-financières progressent partout dans le monde. Les acquisitions récentes de Vigeo Eiris par Moody’s et de RobecoSAM par S&P Global sont une preuve complémentaire de la croissance du marché de la notation ESG et des perspectives à venir.
Quant à la Plateforme RSE, elle a recommandé à la Banque de France d’élargir le nombre d’entreprises faisant l’objet d’une analyse extra-financière dans le cadre de sa cotation et à Bpifrance de prendre en compte les critères ESG dans ses décisions de financement et d’investissement tout en reconduisant l’enquête menée par le Lab Bpifrance sur la RSE dans les PME-ETI.

 

Communication extra-financière pour les entreprises : les recommandations de la Plateforme RSE

Parmi les 19 recommandations formulées par la Plateforme RSE, six concernent les reporting RSE des entreprises. Le groupe de travail leur conseille ainsi de:

  • Etendre et de renforcer l’association des parties prenantes, dont les salariés et leurs représentants, à la définition des indicateurs de mesure de la RSE ;

  • Conforter la place des données extra-financières parmi les données utilisées pour leur pilotage;

  • Publier, lorsque c’est possible et pertinent, dans le cadre de leur reporting RSE, des données, filiale par filiale et pays par pays, en précisant les variations des standards, des réglementations et des attentes locales ;

  • Publier sous un format exploitable par tous, en open data, leurs données publiques portant sur la RSE ;

  • Développer l’identification de l’impact de leurs actions RSE, ainsi que leurs mesures, en particulier dans le contexte de la loi PACTE ;

  • Identifier leur contribution aux ODD et à leurs cibles.

 

Les enjeux identifiés par l’AMF pour une DPEF réussie

Le rapport rédigé par l’Autorité des Marchés Financiers fait de son côté un état des lieux des pratiques de place et identifie 12 enjeux pour améliorer les DPEF. Six ont particulièrement attiré notre attention :

  • Privilégier la concision en limitant la déclaration aux seuls enjeux jugés matériels pour l’entreprise” ;

  • Communiquer sur le périmètre consolidé et s’interroger sur la pertinence d’élargir ce périmètre en fonction du modèle d’activité ;

  • Proposer une note méthodologique décrivant le processus de collecte des données extra-financières, les périmètres retenus en fonction des indicateurs et les méthodes de calcul ;

  • Porter une attention particulière au processus d’identification des enjeux et des risques extra-financiers, en précisant l’horizon de temps dans lequel ces risques potentiels peuvent se matérialiser ;

  • Choisir un nombre limité d’indicateurs clés de performance permettant de mesurer le suivi des objectifs et les justifier ;

  • Assurer la cohérence d’ensemble entre modèle d’affaires, risques identifiés, politiques mises en place et indicateurs clés de performance.

 

Que retenir de ces recommandations ?

Ces recommandations et enjeux sont sur la même longueur d’ondes. Et c’est heureux à l’heure des travaux sur la taxonomie européenne. L’AMF insiste davantage sur la notion de matérialité qui engendre la concision. Cette dernière n’a pas été toujours au rendez-vous des premières DPEF. Cette matérialité est à rapprocher de la recommandation de la Plateforme RSE sur la prise en compte des parties prenantes. Ceci pose la question de la robustesse de l’approche méthodologique retenue pour définir les enjeux jugés matériels, à savoir l’analyse de matérialité. Une problématique d’autant plus d’actualité que les entreprises vont devoir, pour leur Document Universel d’Enregistrement, hiérarchiser facteurs de risques financiers et risques extra-financiers.

Les deux organisations sont tout à fait en ligne sur le registre du périmètre retenu et son mode déclaratif.
Les données extra-financières sont au cœur des préconisations des deux organisations. Disponibles, comparables, probantes et pertinentes, intégrées au pilotage de la performance de l’entreprise, circonscrites aux enjeux matériels, exprimées en indicateurs clés de performance, les données doivent être assorties d’objectifs. La pensée intégrée, sans être citée est pourtant induite, avec son mode d’expression, le rapport intégré.

L’AMF insiste sur la cohérence entre le modèle d’affaire, les risques, les politiques identifiées pour les réduire et éviter ainsi que les KPIs pour les piloter. Une recommandation qui devrait engager les entreprises à certainement revisiter leur stratégie RSE si cette dernière ne répond pas totalement aux risques analysés. Une piste d’amélioration qui trouve aussi un écho dans le contexte de la loi Pacte et de la contribution aux ODD, relevés par la Plateforme RSE.

Avec les récentes études publiées sur la meilleure rentabilité des entreprises sociétalement responsables, en Europe comme aux États-Unis, l’engagement dans la création de valeur, dans la transition énergétique, en un mot dans la voie de l’entreprise contributive, constitue aujourd’hui une véritable opportunité de croissance et de pérennité. Dès lors, faire connaître à son écosystème le contenu de sa performance durable, grâce à une communication extra-financière solide, est bien un enjeu majeur pour les entreprises cotées, les entreprises non cotées assujetties directement ou indirectement au devoir de vigilance.

Nous vous conseillons

6ème étude RSE – Pratiques de reporting extra-financiers

Élise

Pourquoi réaliser une cartographie de ses parties prenantes ?

Élise

Cap sur la déclaration de performance extra-financière

Élise

Sobriété, Solidarité, Prospérité : pour un Green Deal Européen

Élise

Laisser un commentaire